Qui digèrera le mieux les fêtes ?

A chaque championnat, sa période décisive, marqué d’une croix blanche par ses plus fidèles suiveurs dès les prémices d’une saison et de l’annonce de son calendrier. L’occasion de clore un chapitre, celui de 2015, d’une année chargée en terre Anglaise, ayant vu le sacre de Chelsea, les performances en demi-teintes de ses participants lors des joutes européennes et l’éviction du spécial One. 2 dernières journées avant la fin de ce millésime qui se poursuivra le 2 janvier, une absence de repos et de pause qui fait de cette période l’une des plus périlleuses d’une saison. Une période dont l’importance est capitale, permettant de nous éclairer sur les contours des 6 prochains mois. Un « Boxing Day » qui verra une possible confirmation ou la fin de la « hype » autour de Leicester, l’apogée d’Arsenal ou encore le retour en grâce du champion et de son nouvel entraineur dans ces temps resserrés, ou football, champagne et foie gras seront de pair pour les plus chanceux.

NLDR : Afin d’éviter tout quiproquo saugrenue, TactiqueSport et l’ensemble de sa rédaction tiennent à notifier leurs connaissances concernant la date du « Boxing Day », à savoir le lendemain de Noël. Pour des raisons que nous tenons à garder secrète, il a été décidé d’y englober les 3 journées de championnat s’étalant sur 8 jours.

Classement de la Premier League avant la 18ème journée :

  1. Leicester : 38 points
  2. Arsenal : 36 points
  3. Manchester City : 32 points
  4. Tottenham : 29 points
  5. Manchester United : 29 points
  6. Crystal Palace : 29 points
  7. Watford : 28 points
  8. West Ham United : 25 points
  9. Liverpool : 24 points

/

/

/

C’est long pardi

/

/

/

15. Chelsea : 18 points

 

Leicester 38 points

Que dire de cette équipe et de son coach, si ce n’est un grand bravo. A l’heure ou le championnat Anglais perd peu à peu son identité, se dérégule financièrement tout en perdant en qualité, voir cette équipe de Leicester, rafraichissant la Premier League en y caracolant à sa tête le soir de Noël. Quoi de plus beau cadeau pour ses supporters que de voir leur équipe dominer en compagnie de sa doublette offensive toute droite sortie des méandres du football. Un duo, que peu s’arrachaient, mais qui tend a prouvé que médiatisation et valeur ne valent pas une entente et une cohésion sportive. Jamie Vardy et Riyad Mahrez, deux enfants bannis du conformisme footballistique et de ses codes, car considérés comme trop frêles et chétifs par certains visionnaires.

vda.jpg

Cette année 2015 sera marquée d’une pierre blanche, bon dernier en 2014, l’équipe semble promise à la relégation et a un retour immédiat en Championship. Si le sursaut survenu aux alentours de la 20ème journée s’est vite estompée, celui survenant début avril connaitra une toute autre histoire. Cette 31ème journée de championnat ou les « Foxes » se relancent contre West Ham dans leur antre du King Power Stadium. A compter de ce match le bilan est simple, 24 matches de championnat sur l’année civile, auréolé de 18 victoires, 6 nuls et une unique défaite à domicile contre Arsenal. Un bilan comptable de 60 points pris sur 75 possibles plaçant les « Foxes » comme étant la meilleure équipe Anglaise sur cette période. Bluffant parcours pour l’ancien bonnet d’âne du championnat. Si la bonne forme de Claudio Ranieri ne surprenait en début de saison, cette première place a la veille du « Boxing Day ». Une certaine continuité et de confiance semblent s’être installée, l’avènement a maturité de joueurs comme Mahrez et Vardy, respectivement auteurs de 13 et 15 buts cette saison. S’ajoutant à ceci un apport Caennais au milieu de terrain en la personne de N’Golo Kanté, capable de récupérer des ballons de Wes Morgan avant de couper les lignes et de les distiller aux attaquants. Un équilibre enfin trouvé qui devrait selon toute vraisemblance perdurer. Si la première réception de 2016 sera clémente, gare aux deux derniers matchs de 2015 face à Liverpool et à l’Etihad Stadium de Manchester City. Deux matchs contre des adversaires plus ou moins directs, qui pourraient être annonciateurs du futur de cette équipe. À Leicester de finir 2015 différemment que les Foxes l’ont débuté.

Arsenal 36 points

Après tant d’attentes, de promesses non tenues, de phases délicates rencontrées au cours de la saison, le club d’Arsène Wenger semble enfin promis à ce titre, et a cette première place, objectif du club depuis si longtemps. Si l’arrivée de Cech dans le courant du mois de juin laissait pressentir un mercato animé du coté du club Londonien, la vérité fut tout autre. Alors que les supporters attendaient un numéro 9 capable de leur servir buts et frissons sur le front de l’attaque, Wenger préféra conserver ses économies et réitérer sa confiance en Olivier Giroud. Donne semblable pour Coquelin et le poste de milieu récupérateur, en vain, l’attente estivale fut inutile. Le début de saison des « Gunners » est compliqué, une défaite d’entrée à domicile contre les Hammers, une victoire à Palace avant de partager les points contre les Reds de Liverpool à domicile.

tumblr_mu08notvp81rf0z26o1_500.jpg

Une entrée en la matière plutôt mitigée laissant augurer à l’époque les genèses de doutes, d’inquiétudes et d’interrogations en la personne de Cech et de Giroud. Des doutes qui aujourd’hui semblent bien éloignées de toute réalité, Arsenal semble être la seule alternative à Leicester en tête du championnat. L’équipe enchaine les performances de haute volée tous les week-end en écrasant Leicester, corrigeant Manchester United et en distançant Manchester City.

Seule équipe du haut de tableau qui ne se verra guère mis en difficulté en cette fin d’année, des adversaires dont les espoirs de résistance ne feront qu’adoucir leurs peines et jugements en permettront aux Gunners de s’offrir un ticket gagnant.

 

         Manchester City 32 points

Les années se suivent et se répètent pour la partie Bleue de la ville de Manchester. Un recrutement annonciateur de nombreux présages des plus positifs, alors que le reflet de la réalité dans le miroir des résultats est différent. Aucune logique de fond n’émane depuis le rachat du club par des investisseurs Qataris en 2007, que ce soit avec Hughes, Mancini ou Pellegrini, le travail de fond. Cet édifice si fragile et bancal, si peu hermétique aux tempêtes. Un empilement de recrues paillettes sur fond de tactiques bancales et de formations attendues et téléphonées.

1378443-29565204-2560-1440.jpg

Une suprématie sur le royaume qui n’est que partielle sur les 4 dernières années. Donne retrouvée cette saison, en dépit d’un excellent début de saison, avec ces défaites à domicile contre West Ham et Liverpool. Une inconstance majeure qui les gratifie de cette place, une injure quant à la qualité de l’effectif et du potentiel offensif que Manchester City possède entre ses mains. Les nouvelles rumeurs se faisant de plus en plus insistantes voyant un possible départ de Pellegrini à la fin de la saison. Un futur qui pourrait vite se voir décanter au vu des 3 prochains matchs. Une réception aisée de Sunderland avant de se rendre chez le surprenant leader puis du coté de « Vicarage Road ». Parcours en somme périlleux dont City devra trouver une issue avec un effectif supposé complet dans l’après midi du 26 décembre.

Tottenham : 29 points

Une saison portée de nouveau par son « golédaor » Harry Kane, baptisé le Pelé Blanc par les plus illustres d’entres nous. Empilant les réalisations sur l’année civile d’une constance a en faire pâlir les us et coutumes de Tottenham, tant habituée aux coups de génie et contre performances dans la foulée. Le début de saison est dans l’ensemble de qualité, sans sautes de concentration énormes, léger bémol concernant les confrontations directes ou les résultats ne furent guère à leur avantage.

2016 UEFA European Championship Qualifying Group E England Training & Press Conference - 24/3/2015 St George's Park National Football Centre, Tatenhill, United Kingdom - 24 Mar 2015

 

Une montée en puissance progressive avant de trouver un point d’ancrage au pied du podium, place qu’il occupe avec quelques interruptions depuis la 7ème journée. Résultat d’un mercato moins tape à l’œil, entrainant vers la sortie des joueurs devenus indésirables, sans pour autant exceller au chamboule-tout en rameutant pour 100 millions d’euros d’individualités. Les clés d’une stabilité, à faire massivement tourner en Angleterre, prions pour qu’une politique économique de la sorte soient plus largement diffusées.

Manchester United : 29 points

Sûrement l’équipe dans cette première partie de tableau dont l’avenir sur le court, moyen et long terme semble le plus incertain. La légitimité d’un entraîneur qui journée après journées se détériore et dont le « boxing Day » pourrait en être le point d’orgue. Des millions investis, sur des joueurs « supposés » techniques, à même de faire profiter le public d’Old Trafford d’un jeu agréable, léché et fantasque.

promo274882929.jpeg

Que nenni, les joueurs sur le pré ainsi que les supporters s’ennuient comme des rats morts. Si de rares performances comme contre Everton ou les Mancuniens viennent s’imposer à Goodison Park 3-0 laissent entreprendre une once de clarté, la réalité reprend vite le dessus. Une moribonde 5èmeplace et une élimination en Champions League dès les phases de poules dans un groupe au combien abordable. Les attentes du « board » sont claires pour les 3 prochains matchs, 7 points sur 9 sont requis, alors que Manchester United se rendra dans la périlleuse antre de Stoke City avant d’accueillir Chelsea et Swansea dans son théâtre des rêves. La tache s’annonce ardue et les possibles successeurs de Van Gaal s’impatientent déjà sous le portillon.

Crystal Palace : 29 points

article-2547921-1B067A5100000578-450_634x411.jpg

Mais que diable allait-il faire dans cette galère, ces propos tout droits sortis des fourberies de Scapin furent sur de nombreuses lèvres à l’annonce du départ de Yohan Cabaye pour Crystal Palace. Dans ce milieu à deux, l’international Français retrouve enfin sa plénitude passée à Newcastle, empilant les buts et passes décisives, drôle de parcours pour un joueur venu retrouver Alan Pardew et se situant derrière Rabiot dans la hiérarchie des milieux Parisiens. Selhurst Park, assurément l’une des plus belles ambiances de Premier League, retrouve le haut de tableau après la 10ème place obtenu la saison dernière. Les Eagles abordent ce Boxing Day avec deux victoires consécutives, si le déplacement à Bournemouth est abordable, les réceptions successives des Gallois de Swansea et du champion en titre de Chelsea pourrait leur permettre de confirmer leur accession à ce nouveau statut.

Watford : 28 points

Souvenez-vous, ce match (lien vers la scène en question) entre Watford et Leicester en demi finale de Play-Off. 96ème minute, un penalty est sifflé pour Leicester et Antony Knockaert, le franchouillard de l’équipe prend ses responsabilités et décide de le tirer. La tentative est stoppée en deux-temps par le gardien de Watford. Ni une, ni deux, les Hornets se lance dans une contre-attaque éclair. Un débordement sur le coté droit, un centre au deuxième poteau, un ballon intelligemment remisé a l’entrée de la surface, avant de voir le svelte Deeney mystifier les chances de Leicester d’accéder à l’élite en envoyant le ballon dans la lucarne. S’en suit une formidable invasion de la pelouse, heureusement que monsieur moustache n’y état pas. L’équipe se verra finalement éliminer contre Crystal Palace en finale, la frustration fut importante, mais ce ne fut que parti remise, et l’année suivante sera la bonne, pour de vrai. Une avant dernière journée complètement loufoque en Championship, bastion de ce mythique football Anglais, qui voit Watford et Bournemouth être promu dans l’élite.

troy-deeney-odion-ighalo_3350473.jpg

Les multiples réalisations d’Ighalo et de l’ancien taulard, Troy Deeney permettent au club et à ses supporters de réaliser leurs rêves, malgré l’instabilité chronique du club et de ses dirigeants. Quique Sanchez Flores est intronisé à la tête de l’équipe et décide de renforcer l’équipe avec l’arrivée de nombreuses recrues, dont une qui fera un bien fou au milieu de terrain. Le seul et unique Etienne Capoue, idole invétérée de la ville Rose, débarque dans la banlieue nord-ouest de Londres et y impose son football. Ces 3 prochaines journées décèleront les limites de Watford, avec un déplacement chez le champion en titre dès demain, la réception de Tottenham et de son Pelé blanc avant d’accueillir les Citizens.

West Ham : 25 points

La bipolarité d’une équipe avec ou sans son meneur de jeu. Une blessure qui les plonge dans une obscurité que leur numéro 10 Français savait éclairer. Boleyn Ground sonne creux depuis la blessure de l’international Français. Survenue au début de la seconde mi temps contre Everton, le bilan est depuis, sans équivoque. 4 matchs disputés pour seulement deux buts marqués, l’absence du maitre à jouer des Hammers se fait sentir.

6776106-3x2-940x627.jpg

Sur la dernière marche du podium au soir d’une victoire contre Chelsea, la dégringolade n’en finit plus. Un maigre bilan de 5 points pris sur 7 journées, les rétrogradant à la 8èeme place de la Premier League. Les petites bulles, du club de la banlieue de Londres se sont percées. L’occasion de se relancer est belle pour un club dors et déjà éliminé de l’Europa League suite a une double confrontation avec l’Astra Giurgiu. Un déplacement à Villa Park avant d’accueillir les Saints dans leur logis d’Upton Park, qui sera suivi en début d’année prochaine de la réception de Liverpool, dont l’issue de la rencontre sera décisive pour les deux clubs.

Liverpool : 24 points

CXASTR6UkAAv5Fp.jpg

Le début d’une nouvelle ère, celle d’un Klopp pour le Kop. L’éviction d’un Brendan Rodgers en souffrance, pour mieux appréhender le futur d’un club, souhaitant retrouver la gloire de son passé. Un été qui comme chaque année est chamboulé par des arrivées et des départs en pagailles. Celle d’un jeune gamin, originaire de Kingston, dont les chevauchées et dribbles chaloupées a séduits la direction des Citizens, prêt à offrir 60 millions d’euros pour ce jeune homme, père de deux enfants. En replacement, deux hommes offensifs, Benteke et Firmino, pour la bagatelle de 90 millions d’euros. Dérégulation oblige. Une saison dans l’ensemble mitigée, avec comme seul éclat cette éclatante victoire sur la pelouse de l’Etihad sur le score de quatre buts à un. Victoire allégorique du renouveau du club depuis l’arrivée d’un Klopp mettant un terme à son année sabbatique, mais qui depuis ce coup d’éclat en terre pétrolifères, peine a retrouver un élan, en témoigne la déculottée à Vicarage Road contre Watford à l’occasion de la 17ème journée. Une bonne performance lors de la réception de Leicester, permettrait à Liverpool d’aborder l’année de 2016 d’une meilleure manière afin de viser d’éventuelles places européennes.

Adrien Le Noël

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s