(Interview) Romain Molina, ce romantique du football.

Avant d’être un journaliste « freelance » pour « L’équipe », « France Football » ou « CNN », Romain Molina est un passionné de football britannique. Loin des paillettes de la Premier League, il nous présente ses opinions sur le football britannique, et sur la sélection anglaise. Rencontre avec un débrouillard, vendeur de légumes à ses débuts, pour un entretien rempli de franchise et de sincérité avec ce romantique dans l’âme.

– Bonjour Romain, pourrais tu te présenter, nous faire part de ton parcours qui est quelque peu atypique, toi qui n’as pas fait d’école de journalisme, qui est parti un peu à l’inconnu suivre le football Britannique.

– En effet, il est même un peu plus qu’atypique, je viens d’un petit village isérois, je ne suis pas un citadin ou un parisien (rires). J’ai fait un bac L et j’ai toujours fait du Basket, des centres de formation me supervisaient à mes 16 ans, mais cela n’a pas abouti pour une histoire assez longue (rires).

A mes 19 ans j’ai commencé à rédiger des articles sur le basket pour « Maxi Basket et Basket News », j’ai ensuite créé « Shark-Foot », un site sur la francophonie, afin d‘unir la Belgique, la France et la Suisse Romande. Cela aurait été stupide de ne rien faire dans ce sens là étant donné qu’on y parle la même langue. On a d’ailleurs sorti 13 numéros et un magazine en Suisse. C’était très « Rock’n Roll », on avait très peu de moyens derrière, c’est comme ça que je me suis formé. Je me fiche éperdument de ne pas avoir fait d’école de journalisme. Autant certaines sont très bonnes, mais d’autres sont aussi de vraies arnaques.

J’ai ensuite eu des contacts avec Fabrice Jouhaud, directeur de la rédaction à l’Équipe, j’ai eu un blog chez eux, je pige pour France Football et j’ai également fait une très longue enquête pour CNN sur un réseau mafieux entre la Belgique et le Congo. C’est de là que tout à commencer, je n’avais pas vraiment de réseau à mes débuts.

Fleury DI NALLO - Eoile du football Olympique Lyonnais 1970-71Pour l’anecdote, je suis fils de maraicher. Je vendais des légumes avec mes parents, nous avions comme client à Saint Priest le dimanche Fleury Di Nallo, le meilleur buteur de l’histoire de l’Olympique Lyonnais (entre 1960 et 1974), et c’est la première personne que j’ai interviewé vu qu’il achetait des poires et des tomates chez nous, c’est énorme. C’était le seul contact que j’avais à l’époque, et petit à petit avec le culot et la persévérance, j’ai construit un réseau souterrain, des personnes improbables, et c’est cette personne qui grâce à la confiance qu’il te porte va te rendre un service.

Personne ne m’a jamais aidé pour mon réseau, même les journalistes de l’Équipe. J’avais une fois, demandé à un journaliste le numéro de Jean-Alain Franchone car je voulais écrire quelque chose sur Gianfranco Zola, qui entrainait à l’époque Watford. Il m’avait répondu avec un air hautain que « c’était un monde de requins et que je devais me débrouiller ». Jean-Alain Franchone putain..

J’ai ensuite créé « Hat-Trick », le 16 avril dernier, c’était un projet avec un ami d’enfance et des connaissances, on fêtera les 1 an le 16 avril, date où mon livre sortira (Galère Football Club), donc assez symbolique. J’ai fini de l’écrire dimanche à 3h du matin et je pense que ça va créer une petite révolution dans le milieu.

– Raconte nous un petit peu le contenu de ton livre. 

Galère Football Club– En gros, il y a 11 joueurs et un entraineur, à visage découvert. Ce livre retrace leurs parcours. Certains témoignages vont faire parler et réagir et ce même au delà de la sphère sportive. On ne veut pas trop dévoiler le contenu du livre car cela serait faire preuve de démagogie. Un des témoignages vient d’un joueur évoluant en Irak, la vision qu’il nous donne du pays est totalement différente de celle que l’on a.

Il y a beaucoup de franchise, d’histoires improbables dans ce livre. Des histoires humaines, des récits de joueurs évoluant en Inde, en Israël. La franchise de tous ces témoignages risque de faire parler.

A t’entendre, le livre se rapproche un petit peu du « Footballeur masqué », est-ce exact ? 

– C’est le même éditeur. Personnellement je ne lis exclusivement que des livres anglais car déjà tu n’en as pas vraiment en France. En comparant ce qui se fait dans ce domaine là en Angleterre par rapport au « footballeur Masqué », on se rend compte que c’est assez pauvre. Par rapport à l’absence de réelle connaissance footballistique en France, non, mais si on compare avec certaines bios ou le « Secret Footballer », ouais, je trouve ça assez banal au fond.

Avec le recul que j’ai, je peux me rendre compte du retard de la France dans ce domaine. Un livre semblable en Angleterre n’aurait pas fait grand bruit.

« Il y a beaucoup de franchise, d’histoires improbables dans ce livre. Des histoires humaines, des récits de joueurs évoluant en Inde, en Israël. »

– Tu es parti t’installer en Écosse en septembre après avoir fait de nombreux allers-retours entre la France et le Royaume Uni, était-ce un coup de tête ou au contraire un choix réfléchi de ta part ? 

– J’ai toujours été attiré par le Royaume-Uni, moins par le Pays de Galles. Quant au choix il est forcément réfléchi, quand tu prends une décision de cette ampleur et même en règle générale quand tu prends n’importe quelle décision, si tu ne réfléchis pas longtemps avant, tu risques de te planter. Il faut toujours prendre du recul sur toi même, sur ce que tu fais, et une fois cela fait tu choisis la solution qui te convient le mieux. Il est très important de soupeser les choses.

J’en avais envie. Je préfère la vie là-bas, je ne suis pas un grand fan de la mentalité que certaines personnes peuvent avoir en France, une sorte d’hypocrisie latente, qui plus est dans le journalisme. De plus ma spécialité est le football britannique, donc cela peut aussi paraître logique, même si j’ai reçu des offres très avantageuses de Paris ou de Londres mais je préfère faire ce que je fais, je ne souhaite pas trop être carriériste. Je préfère être heureux.

– Comment s’est passé l’installation sur place à partir des tes premiers aller-retours ? Connaissais-tu du monde sur place ? 

– J’avais été contacté par des agents anglais qui souhaitaient travailler avec moi, ils m’ont proposé des grosses sommes d’argent mais j’ai préféré refuser, j’aime bien pouvoir me regarder le matin dans le miroir. Je connaissais quelques joueurs sur place que j’avais interviewé que ce soit par Skype ou par téléphone.

Mon premier match en Angleterre était un Brentford-Bournemouth (D3) un 1er janvier, j’y étais allé pour le nouvel an. J’avais été invité par un joueur, Farid El Allagui qui joue en Écosse maintenant (Hibernian), mais sinon dans l’ensemble j’ai dû me débrouiller. En arrivant en Écosse, je connaissais quelques joueurs là bas, dont un qui joue a Norwich (Anthony Andreu) et qui est devenu un ami. Il est venu me chercher un 31 décembre à l’aéroport en laissant sa copine et ses amis pour le réveillon avant de rentrer chez lui car il jouait un match le lendemain, où il a d’ailleurs marqué.

Il faut toujours s’y préparer à l’avance, si besoin je connaissais des joueurs. Bizarrement mes amis sont des joueurs de foot, mais il ne faut pas oublier que j’ai leur âge et que ces joueurs sont avant tout des êtres humains, tout comme moi. Ce n’est que du foot, du sport, rien de plus. On a souvent tendance dans la société à se replier sur soi même, à ne pas beaucoup s’ouvrir vers les autres, le fait que la France soit championne en Europe en terme de consommation d’anti-dépresseurs n’est pas anodin, je pense qu’il serait important de se rendre compte de cela. Ce n’est pas de la politique, ce n’est que du football. Notre but en tant que journaliste est de raconter des histoires, il n’y est pas question d’intellectualiser le foot en le rendant sérieux – du moins on peut le faire, mais pas en se prenant pour ce qu’on est pas. Il ne s’agit que de sport, rien de plus.

Tout ne peut pas s’expliquer dans le foot, il suffit de le demander aux joueurs, ils réagissent aussi à l’instinct, au talent, à la personnalité du joueur qu’aux consignes du coach. Pour la petite anecdote je connaissais quelqu’un qui avait assisté à un match de Lyon, il était positionné juste derrière le banc Lyonnais. Deux joueurs (Bastos et Réveillère) s’insultent assez violemment avant la mi-temps et Bastos décide de changer de côté. A la fin du match, les analyses tactiques de tous bords s’enchainent, ce serait grâce à Rémi Garde (l’entraineur de Lyon) et à ses choix tactiques qui aurait tout compris et tout vu avant tout le monde grâce aux déplacements etc.. Alors que l’entraineur n’y est pour rien, ce n’était pas de sa volonté et ce changement tactique n’est que le fruit d’une querelle.

« En arrivant en Écosse, je connaissais quelques joueurs là bas, dont un qui joue a Norwich (Antony Andreu) et qui est devenu un ami. Il est venu me chercher un 31 décembre à l’aéroport en laissant sa copine et ses amis pour le réveillon avant de rentrer chez lui car il jouait un match le lendemain, où il a d’ailleurs marqué.

– Quelles relations entretiens-tu avec les journalistes qu’ils soient français ou britanniques ?

– C’est un milieu très hypocrite mais je pense être respecté, pas forcément publiquement car j’entretiens des relations un peu compliquées avec certains dirigeants, je ne vais pas le cacher,Je n’aime pas forcément l’autorité, qui plus est venant de certaines personnes pour lequel je n’ai aucun respect. Mais alors aucun. Si je juge que ces personnes salissent ce noble métier, comment pourrais-je les écouter ? Comment ?

J’avais réalisé une interview sur un joueurs évoluant en quatrième division Anglaise et elle avait été raccourcie car elle était soi-disant trop longue pour le web, mais c’était impossible de résumer un tel parcours en 4000 signes. J’estime qu’il est certaines fois plus intéressant de voir ce type d’articles plus insolites comme cette interview par exemple que de savoir si Ibrahimovic s’est bien entrainé et de savoir ce qu’il a mangé. Je n’ai pas renié ce que je pensais.

J’ai eu aussi beaucoup de problèmes de plagiat outre-Manche et même en France. Avec Hat-Trick, on a également beaucoup souffert du plagiat par la presse anglaise avec une interview de Bastien Héry, un joueur de Rochdale (D3). Le fameux Steve Goodman, qui vole plein d’interviews, a inventé des paroles et ça a pris une ampleur terrible, la BBC a fait un reportage vidéo sur lui, les politiciens s’en sont mêlés… Heureusement, son club a vu l’original, mais c’était fou.

Sinon mes relations ne sont pas toutes tendues avec les journalistes, je m’entends très bien avec Philippe Auclair par exemple, Jean Michel Rouet qui pourrait rejoindre Hat-trick prochainement ou encore Nicolas Vilas, David Lortholary. Pour la plupart je ne les connais pas, donc je ne pourrais pas dire si je les apprécie ou non. J’essaye de mon côté d’aider certains qui le méritent car j’ai désormais quelques contacts dans le milieu. Les personnes ne l’avouent pas publiquement mais je suis lu par beaucoup, ils ont je pense un énorme respect pour mon parcours. D’autres ont aussi une vision plus négative car je « crache » beaucoup sur la profession et je ne me cache pas. Mais quand quelque chose est bien fait, il faut le dire, et c’est également valable quand quelque chose est mal fait. Si tous les journalistes avaient le même degré d’exigence, la profession ne serait pas comme elle est.

Il y à tout de même de bonne personnes dans le milieu, il ne faut pas généraliser. On va accueillir quelqu’un dans Hat-Trick, une journaliste Tv, preuve que l’on est ouvert à toutes personnes. Personnellement, je n’ai pas de carte de presse et je n’en veux pas. On m’a parfois fait des propositions alléchantes financièrement, que j’ai tout le temps refusées. Je préfère faire ce que je fais même si il n’y a pas d’argent au bout. Question de principe, je ne me prostituerai pas intellectuellement sur le principe du site à clic.

– Suis-tu encore le championnat français ?

– Non, plus du tout. Je n’ai pas regardé un match de Ligue 1 cette année, ni même l’année dernière. Je ne regarde pas non plus la Ligue des Champions. Ce milieu à tendance à m’exaspérer.

– C’est le football de haut niveau qui t’exaspère à ce point ? 

– Chacun sa sensibilité, personnellement cela ne me fait rien. L’année dernière par exemple on m’avait proposé une place en VIP pour le match Chelsea-PSG, c’était un mardi soir. Cela ne m’intéressait pas et j’ai refusé l’invitation. J’ai pris le train le même jour, je me suis rendu à Luton, j’ai payé ma place qui était à 18 pounds je crois, et j’ai assisté à un Luton-Tamworth de D5 Anglaise devant quasiment 8000 personnes. Luton a gagné 2-0 et l’ambiance dans le stade était magique.

Un beau bébé ce Steve Mc Nulty
Un beau bébé ce Steve Mc Nulty.

On était serré comme des sardines dans les tribunes. Je savais que le capitaine de Luton avait un peu d’embonpoint mais je ne m’attendais pas à cela, dès qu’il avait le ballon les supporters dans les tribunes scandaient « Sumo, Sumo ! », c’était magique comme moment. J’ai préféré payer 18 pounds ma place et je ne regrette absolument pas. C’est ce genre de choses qui me fait vibrer, chacun sa sensibilité.

Le football de haut niveau est tellement devenu lisse, je trouve par exemple l’Europa League nettement plus intéressante. Les matchs de l’Ajax par exemple m’intéressent. Je raffole aussi des premiers tours des compétitions européennes, des rencontres avec des clubs des Iles Féroé, de Gibraltar, ces matchs sont des belles histoires je trouve.

Concernant le foot Français, je trouve que c’est un système assez ennuyeux et mortifère. Les médias jouent également aussi dans cette vision puisque ce sont eux qui répercutent l’image, je n’adhère pas trop non plus à la mentalité des joueurs, disons que ça ne m’intéresse pas. Je trouve super qu’il reste des fans inconditionnels comme à Lens, Saint Étienne, Nice ou même Bastia, chaque club à son charme, mais ce n’est pas quelque chose auquel je suis sensible. Par exemple j’apprécie beaucoup la deuxième division Espagnole, ça me fait marrer, j’adore l’Andalousie, c’est ma sensibilité. Je n’aime pas la Premier League, je regarde quelques matchs mais c’est assez rare. J’adore Burnley par exemple, ils ont un stade quasiment en ruines, une équipe britannique c’est « vintage », « old-school ».

10349159_926511564161043_2617330944865613949_n
Sa majesté, Steven Fletcher

Sinon, un joueur comme Steven Fletcher (Sunderland) est magique à voir jouer, j’adore ce genre de joueur, mais malheureusement sa carrière a été ruinée par des blessures. Ça, ouais j’adore. Mais les grandes équipes ne m’intéressent pas plus que cela, il y a trop de manipulations dans ce championnat, tout est contrôlé, beaucoup de joueurs ont des problèmes de dos et généralement c’est la blessure banale qui cache des choses plus importantes comme une cure de désintoxication par exemple (rires). Cela peut aussi concerner les paris, les femmes, l’alcool ou même la drogue, tout est possible là bas. Mais ce qu’on ne peut pas reprocher au football britannique c’est leur culture du foot, par la manière dont les stades sont construits même certains nouveaux stades, la manière dont cela est médiatisé, il y a une belle effervescence, le coté familial des clubs, l’histoire, la manière dont ils jouent qui est très offensive et je m’y retrouve beaucoup plus, c’est tout un tas de choses qui font que cela m’intéresse.

Même en 7ème division il y a un fort soutien populaire, encore une fois c’est ma sensibilité, je suis ravi de voir des personnes fans de Strasbourg, de Colmar, je respecte énormément d’autres formes de pensées mais je n’y suis pas forcément sensible. Il faut avant tout être tolérant, c’est rare mais cela m’arrive (rires).

« Je savais que le capitaine de Luton avait un peu d’embonpoint mais je ne m’attendais pas à cela, dès qu’il avait le ballon les supporters dans les tribunes scandaient « Sumo, Sumo ! », c’était magique comme moment. J’ai préféré payer 18 pounds ma place et je ne regrette absolument pas. C’est ce genre de choses qui me fait vibrer, chacun sa sensibilité. »

– En tant que grand amateur de football Anglais, quelles différences existe-t-il à ton avis entre ces deux footballs ?

– Très honnêtement je trouve cela ennuyant pour ne pas dire autre chose. Je trouve que c’est trop fermé, les entraineurs doivent être impassibles de toute émotion, les sourires sont proscrits, on se prend trop au sérieux, le football est trop pris aux sérieux, surtout en ligue 1, pour au final pas grand chose. Ce n’est pas non plus le derby de Cracovie, ou là en cas de défaite il faut être prêt, là je pourrais comprendre. Il n’y a pas vraiment de petites histoires autour, de récits, ce n’est pas romancé comme c’est le cas en Angleterre. Il n’y a pas ce facteur et cette donnée romantique, que l’on peut retrouver en Écosse par exemple, ou certains stades sont au bord des plages.

A Arbroatht, quand la mer est agitée, une des tribunes peut se voir submerger par une vague, et afin de prévenir les supporters, il y a un panneau « attention sol glissant », c’est magique. Une fois, lors d’un match dans ce stade, un joueur qui allait tirer le corner s’est fait mouiller par la vague. C’est ce genre d’histoire que j’adore. Plus que le football Français, c’est le football de haut niveau qui m’ennuie. Je ne suis pas un puriste, je vois du beau un peu partout, je m’intéresse davantage a des petites histoires comme celle ci, je trouve cela plus intéressant, c’est aussi moins connu.

Je n’aime pas la sur-médiatisation, c’est ce qui à mon avis a fait perdre son caractère sacré au football, quelquefois, s’il y en a trop, on perd la saveur de ce sport. Je trouve par ailleurs qu’il y a trop de matchs en Ligue des Champions, cela devrait être comme avant, sur un seul match à élimination directe, ce n’est que mon avis. Il faudrait aussi peut être reformer les chapeaux, en ne les prenant plus en compte. Cela créerait une équité dans le sens où tout le monde partirait au même niveau, cela pourrait aussi créer davantage de suspense, pourquoi ne pas voir un petit club qui va plus loin, mais c’est aussi ma sensibilité, cela m’intéresse davantage de suivre des plus petits clubs, qui ont une histoire comme Iverness par exemple, petit club perdu dans le nord de l’Écosse. Chacun sa sensibilité, je le répète encore, le foot est une question de sensibilité, cela dépend de ce qui t’affecte, c’est rationnel, on ne peut pas expliquer pourquoi on aime telle ou telle chose, puisque après tout, le foot ce ne sont que des mecs courant derrière un ballon. On ne peut pas expliquer rationnellement la raison de notre passion envers cela.

Central-Park
« Central Park »

Je ne peux pas t’expliquer pourquoi je vais préférer regarder un Cowdenbeath-Alloa, dans un stade qui s’appelle « Central Park » autour d’une piste de Nascar avec une tribune datant de 1880 qui semble s’effondrer plutôt que d’aller regarder ne serait-ce qu’un Celtic-Dundee, j’aime bien ce genre de choses qui ont une histoire et puis c’est dépaysant. Si on me donne le choix de regarder un match de Ligue 1, de Premier League ou d’Irlande du Nord tout pourri, je vais regarder celui d’Irlande du Nord sans hésiter. Rien que pour voir l’attaquant qui est un peu gros, c’est ce qui me fait marrer, je suis un peu taré aussi.

– On a tendance en France à n’apprécier que très moyennement le fait que certains clubs soient rachetés par des investisseurs étrangers comme Paris ou Monaco, comment les anglais perçoivent-ils le fait que leurs clubs se fassent rachetés ? (Manchester United avec les Glazer, Chelsea avec Abramovich ou Cardiff avec Vincent Tan)

– Tant que tu as de l’argent et peu importe sa provenance, sauf s’il y a de la fraude bien sûr, les supporters seront contents. Cela va susciter des moqueries par les supporters des clubs rivaux. À l’heure actuelle, la Premier League vaut et brasse tellement d’argent qu’il est difficile pour un propriétaire d’être originaire de la région. L’anglais globalement – ne généralisons pas – est plus capitaliste que le français, ils encouragent davantage la réussite sociale et notamment l’argent, en France il y à un certain tabou avec l’argent, on ne peut pas dire combien on gagne, alors qu’en Angleterre, si la personne peut réussir et gagner beaucoup d’argent on la félicite. Tant mieux pour eux s’ils réussissent.

Après je pense que beaucoup de supporters sont naïfs, la plupart du temps les investisseurs ne viennent pas là par conviction ou pour le bien du club, cela ne m’étonnerait pas que dans quelques années on s’aperçoive que la Premier League servait à blanchir de l’argent. C’est pareil dans le championnat français, un club de ligue 1 a la majeure partie de ses comptes à l’étranger. A partir du moment où tu as de l’argent, que tu es honnête et que ton club est bien géré cela ne pose pas de souci. Il y a eu tellement d’escroc de toutes nationalités confondues et même des anglais, qu’ils ne sont pas particulièrement méfiants de l’investisseur étranger. L’argent n’a pas d’odeur pour eux.

Par contre je suis étonné qu’à Paris il n’y ait eu aucune démarche de faite pour rebâtir le club de Paris comme c’est le cas à Manchester avec le FC United, ou encore l’AFC Liverpool qui fut un flop retentissant pour diverses raisons. Cela reste un mouvement « supportériste » unique au monde, et c’est remarquable, mais les investisseurs étrangers ne les gênent pas.

– Avec l’arrivée des ces investisseurs étrangers, cela à tendance à créer un championnat cosmopolite avec les meilleurs joueurs qui rejoignent les meilleurs clubs, ce qui amenuise le temps de jeu des joueurs anglais et donc entraine une perte de qualité de la sélection des « Three Lions », à l’image de ce qui se passe dans le Top 14, comment cela est-il perçu par les anglais, sont ils confiants pour l’avenir ?

– Avant chaque compétition les anglais estiment qu’ils sont favoris et que de ce fait ils peuvent la gagner, et à la dernière coupe du monde, il y avait quelque chose de significatif, les anglais n’attendaient rien. La Premier League agit comme une espèce de géant vert par le biais des médias qui font que ce championnat cannibalise les esprits, et que ce championnat écrase de plus en plus le football en Angleterre. Pour une jeune génération, plus naïve puisqu’elle n’a pas le recul nécessaire, elle se fait forcément d’une certaine manière, endoctrinée par la notion de victoires et de starification. Ce qui est très inquiétant c’est vis à vis des petits clubs et des jeunes générations, mais je pense que quand ces joueurs grandiront, ils se détourneront des grands clubs pour privilégier les clubs locaux.

Pour ce qui est de la sélection anglaise, elle passe en second plan dans la tête des anglais, la plupart préférait avoir un excellent championnat qu’une excellente sélection nationale, l’anglais est patriote certes, mais pas suffisamment pour privilégier sa sélection. Il préfère que son club réalise une bonne saison plutôt que de voir sa sélection enchainer les bonnes performances. Il y avait un sondage récemment qui disait que 60% des anglais pensaient de la sorte. Dès qu’un joueur anglais se démarque et sort du lot, il a tendance à être trop vite adulé, Ross Barkley en est l’exemple, il est bon certes, mais ce n’est pas Zidane. Je ne connais pas trop Pogba mais je pense que Pogba à quatre Barkley dans les jambes. Et c’est également valable pour des joueurs comme Callum Chambers, Luke Shaw ou encore Chris Smalling, je ne sais même pas si ce dernier serait titulaire en Ligue 1.

Chris+smalling
Chris Smalling, mister UK.

J’ai rarement vu un joueur aussi médiocre, techniquement il est inexistant. A la rigueur Phil Jones est fou sur les bords, il fait des erreurs mais il est de loin meilleur que Smalling, même John O’Shea me rassure davantage que Smalling.

Michael Carrick par exemple, vient d’être repris par le sélectionneur, c’est un joueur que j’adore et cela ne faisait même pas débat qu’il ne soit plus sélectionné. Ça montre bien que les supporters et certains consultants sont obnubilés par des joueurs soit disant « techniques » ou des jeunes « hype ». Cependant le fait que la Premier League soit remplie d’étrangers permet aux divisions inférieures comme la D2 ou la D3 de hausser de manière considérable leur niveau global, car beaucoup de joueurs britanniques étaient obligés d’aller là-bas. C’est un super apprentissage pour tous ces joueurs de devoir jouer dans les divisions inférieures, comme ce fut le cas avec Leighton Baines par exemple.

Les anglais s’ennuient à regarder la sélection nationale. Il y a un énorme problème de formation en Angleterre. Les équipes U21 (équipe composée de joueurs ayant moins de 21 ans) de Premier League ne sont quasiment que composées d’étrangers même si certains veulent change, comme Liverpool. Rien que là, il est compliqué pour un anglais de jouer, alors en Premier League c’est mission impossible. La formation des coachs est aussi à revoir, les terrains ne sont pas toujours d’une qualité irréprochable. Certains joueurs ont malheureusement tendance à être bridés comme Adam Lallana qui est à mes yeux un super joueur, mais c’est un joueur un peu imprévisible de par ses gestes et c’est ce qui manque cruellement aux anglais. Ils n’ont plus de joueurs de devoir, les seuls qui à l’heure actuelle pourraient être considérés comme tels sont Michael Carrick et James Milner. Rooney n’entre pas dans cette catégorie car son rendement avec les « Three Lions » est insuffisant même si on ne peut pas lui reprocher de ne pas faire d’efforts. Un joueur comme Welbeck et malgré toutes les critiques qu’il peut recevoir est à mes yeux plus utile dans un collectif que Raheem Sterling. Mais le problème est aussi créé par les médias. Sterling est présenté comme la nouvelle star et il peut se perdre, il suffit de regarder tous les joueurs qui ont été trop vite encensés par les médias et qui sont désormais totalement perdus, le dernier exemple en date est Ross Barkley qui réalise une saison plus que moyenne voir catastrophique. Même chose pour Fabian Delph, c’est trop récurrent, il faut garder une certaine raison, et relativiser les choses.

Ce qui leur a manqué c’est de ne pas avoir perdu contre l’Écosse. Il va y avoir un match l’année prochaine entre ces deux équipes et si l’Angleterre perd, cette défaite va faire changer beaucoup de choses, et cela leur permettra de se rendre compte qu’il y a un réel souci. La rivalité entre ces deux pays est énorme, si le petit l’emporte contre le grand cela va être une vraie révolution. Leur groupe pour l’Euro 2016 est relativement facile, l’équipe est solide mais elle ne fait pas rêver, et c’est sûr qu’elle n’ira pas très loin, il y a de trop nombreuses carences, ne serait ce qu’en défense centrale où un joueur comme Chris Smalling est pris…

– Pour nuancer un peu tes propos, le plus gros problème de cette équipe c’est peut être le manque de concurrence et le manque de qualité à certains postes qui obligent l’entraineur à faire jouer certains joueurs, non ?

– J’aime beaucoup Nathaniel Clyne, un peu moins Kyle Walker. Aux cages, Hart et Forster sont bons. Au poste de latéral gauche, Cresswel est meilleur que Luke Shaw, la sélection de Kieran Gibbs est juste incompréhensible. Ce que je reproche aux anglais et ce que beaucoup de personnes leurs reprochent c’est de ne sélectionner que dans les gros clubs, car très sincèrement je ne vois pas ce que Ryan Shawcross a de moins que Chris Smalling ou même Phil Jones. Mais bon, c’est un peu pareil dans tous les pays me semble-t-il.

– Mais est ce que le choix de ne prendre que des joueurs dans les gros clubs n’est il pas un moyen d’éviter et de se protéger de potentielles critiques pour Hodgson en cas de contre performances du joueur. Le fait qu’il soit dans un moins bon club pourrait aux yeux de certains avoir moins de légitimité que Chris Smalling non ? hodgson

– Hodgson a quand même sélectionné Jack Colback qui n’est pas non plus un « top player » pour le faire évoluer en milieu défensif. Mais il y a un autre problème, il n’y a aucun milieu défensif de métier en Angleterre si ce n’est Michael Carrick depuis qu’il a été repositionné. Jack Wilshere ne peut pas occuper ce rôle, Henderson non plus, Gareth Barry a cette fâcheuse tendance à être toujours aspiré vers l’avant et il est trop faible techniquement. Excepté Carrick il n’y a personne.

– En choisissant une formation à deux milieux défensifs, avec sur phase offensive, un des deux joueurs qui monte et apporte offensivement, tu n’as pas forcément besoin d’un milieu défensif de métier.

– C’est vrai, mais étant donné la porosité de la défense, il y a la nécessité d’un joueur positionné devant la défense. Le problème sur la formation revient aussi ici. Il n’y a plus aucun « 6 » en Angleterre, ce ne sont que des « box to box », et encore, ce sont davantage des faux « box to box » comme Joe Allen qui lui devrait jouer « 6 » de par sa technique, il ne devrait pas jouer en tant que « 8 ». C’est un problème plus global sur le football britannique. Beaucoup de joueurs ont tendance à être dans le même moule comme Tom Ince ou encore Nathan Redmond. Il n’y a pas suffisamment de diversité dans ce domaine là. Beaucoup de joueurs écossais sont plus techniques que des joueurs anglais comme Shaun Maloney qui évolue en MLS et qui est selon moi l’un des meilleurs joueurs que j’ai vu, et beaucoup de joueurs que j’ai pu fréquenter et qui ont pourtant joué avec de très grands joueurs sont d’accord avec ma vision des choses. Il y aussi Gary-Mackay Steven, qui est sans doute le joueur le plus technique du royaume. Si certains de ses dribbles étaient faits par Walcott, le monde du football s’enflammerait. Ensuite pour revenir à ta question je pense que Hodgson joue la sécurité, il a un groupe, tout va à peu près bien, les joueurs s’entendent comme il faut, il a dû gérer le cas Rooney qui n’était pas évident et il l’a fait d’une bonne manière. Tu as raison dans un sens où dans la plupart des nations ce sont toujours les joueurs des gros clubs qui sont choisis en raison des attentes du public, mais aujourd’hui si Shawcross était sélectionné cela ne choquerait personne, tout comme Delph. Mais pour Colback cela a un peu choqué les anglais. En Angleterre tous les matchs sont diffusés, les anglais regardent énormément (de) football. Ils ont aussi tendance à lire beaucoup plus sur le football, mais l’omniprésence de « Sky », de « Match of The Day »  fait que beaucoup de personnes sont abreuvées par cela. Si les consultants qui sont d’anciens grands noms comme Alan Shearer ou Thierry Henry disent que tel joueur est bon, il sera très vite adoubé.

– Tu faisais référence tout à l’heure au match Écosse Angleterre qui pourrait remettre les pieds sur terre aux anglais et à leur sélection mais étant données les sommes phénoménales (7 milliards d’Euros qui vont être répartis sur 3 ans) qu’ils vont recevoir en droits TV, et qu’ils ne sont pas spécialement patriotes comme tu as pu me le dire précédemment, ne penses-tu pas qu’ils vont vite oublier cette possible défaite ? 

– Ce serait l’honneur qui serait attaqué. Il y a toujours eu une grande rivalité entre L’Écosse et l’Angleterre, tout comme si l’Irlande bat les anglais un jour. Ils pourraient perdre contre une sélection moyenne mais l’honneur ne serait pas remis en question, cela toucherait la corde sensible des Anglais, ce serait l’honneur de la nation qui serait attaqué. Ce serait le seul moyen de les faire réagir en amont afin de restructurer les centres de formations, l’éducation des jeunes joueurs car l’avenir d’une sélection se joue avant tout sur la manière dont ses jeunes sont formés, et ce long travail prendrait beaucoup de temps à aboutir. Il leur faut un électrochoc pour faire un travail de fond. Et les clubs de Premier League doivent les aider, le seul bémol c’est qu’ils n’en n’ont rien à faire.

Les propriétaires de club qu’ils soient étrangers ou pas, s’en fichent complètement. hilton-and-fa_620x349pxLa Fédération Anglaise a aussi de son coté très mal géré la chose, ils ont construit leur « Clairefontaine » à Burton, mais personne ne va à Burton, la ville est totalement isolée, le centre est grandiloquent et inutile, personne n’utilise ce complexe sportif, excepté la sélection de temps en temps ou le club de Burton qui évolue en quatrième division. La fédération est dirigée par des individus à œillères qui ne se disent pas qu’il serait plus utile de faire cela près de clubs locaux afin de permettre aux différents jeunes de s’aguerrir. Cela m’étonnerait que la situation change.

– L’élimination des clubs anglais cette semaine en Coupe d’Europe (Chelsea, Arsenal, Manchester City et Everton) ne les incitent ils pas à réagir ? – Le problème c’est qu’il y a toujours une excuse. On met ça sur la faute des coachs, ce n’est pas la faute du système ou bien des clubs, c’est la faute d’individualités et non de la Premier League en elle même. Certains vont en parler un petit peu en disant qu’il y a trop de matchs, que l’intensité est trop importante, ce sont des excuses valables en soi, mais avec un effectif de 30 joueurs, c’est difficile à entendre. Il est possible de faire tourner l’effectif.

A certains moments, je m’attendais à beaucoup plus de débats, mais au final c’est Wenger et Pellegrini (les entraineurs d’Arsenal et de Manchester City) qui en prennent pour leur grade. Pour ce qui du match Chelsea-PSG, les médias disent que c’était spécial, ce sont les clubs qui sont visés et non le système. Même chose pour Everton où sa défense était vivement critiquée, les joueurs étaient un peu en dessous. Il n’y aucune remise en question et tout le monde s’en satisfait.

– Tu faisais référence à Manchester City qui possède un bel effectif (c’est moins le cas pour Arsenal), un secteur offensif qui fait rêver bon nombre de clubs européens mais qui échoue trop souvent en Ligue des Champions juste après la phase de poule, la faute à qui ?

– Pour les Anglais c’est Pellegrini. De mon coté je pense que c’est un club qui est surcoté dans un championnat surcoté. Ils ont eu deux bons mois sans pour autant très bien jouer cette année. Défensivement c’est beaucoup trop faible, il n’y a pas d’arrière gauche de niveau international sur le plan défensif, Kompany depuis un an et demi est méconnaissable, il est devenu trop lourd, trop musclé. Demichelis ce n’est pas possible, au milieu le duo brésilien Fernando-Fernandinho ne fait pas rêver. Yaya Touré a rencontré beaucoup de problèmes sur le plan personnel et c’est une situation compliquée pour lui, il doit pratiquement tout faire. Ce n’est pas dans cette position qu’il rayonne et propose son meilleur niveau.

Le meilleur joueur cette année est James Milner, en terme de régularité, de constance. Il y a aussi David Silva et encore, il a été moins étincelant. Le meilleur joueur de champ de City cette année c’est soit Zabaleta, soit Milner. Le fait de ne pas voir jouer ce premier contre Barcelone, d’autant plus que Sagna me semblerait meilleur dans l’axe désormais, peut être soulevé, mais pour le reste… Mais de manière générale, peu de clubs font rêver cette année en Angleterre, Manchester United n’est pas terrible, les matchs sont souvent joués à l’arrache, au talent individuel, on ne sait pas où cela va aller, le seul club équilibré du début à la fin est Chelsea même si depuis deux mois et depuis le match contre Bradford qui les a battu à Stanford Bridge il y a une légère baisse de niveau.

Les équipes anglaises détestent les équipes qui pressent haut, comme Bradford a pu le faire. Contrairement à ce qu’on peut croire, les joueurs de Premier League ont plus de temps pour se décider que dans les divisions inférieures. Or, City a eu le même problème contre Barcelone et c’est pour ça que tant de clubs se font éliminer contre des divisions inférieures. Après, il y a la naïveté tactique. Everton en est le parfait exemple, les deux latéraux ne peuvent pas monter en même temps si le milieu défensif s’appelle Gareth Barry car ils peuvent vite se retrouver à 3 derrière, c’est élémentaire. Je n’aime pas comparer les championnats mais la Premier League n’est pas cette année une grande cuvée. Liverpool est décevant, le fait que l’équipe soit quasiment sur le podium après son début de saison est étonnant, c’était rédhibitoire ces dernières saisons de rater le début de saison. C’est valable pour Manchester United qui a beaucoup de souci cette année et qui se retrouve aussi bien classé. Un club comme Southampton est moins bon cette saison, City était plus complet, Everton n’a plus rien à voir, beaucoup d’équipes ont diminué. Le recrutement par certains clubs de joueurs de Ligue 1 moyen comme Emmanuel Rivière est inquiétant, ne pourrait-on pas recruter un joueur anglais à la place et qui serait meilleur. Même constat cet été où Hull City se fait éliminer par un club belge en Europa League, c’est symbolique, ils sont passés près de l’élimination par des slovènes au tour précèdent et on a commencé à chercher des excuses. Ce n’est malheureusement pas étonnant et cela fait des années que cela leur pend au nez, seul Chelsea et Manchester United ces dernières années se sont montrés sérieux. Si City avait perdu 4-0 contre Barcelone la remise en question aurait été beaucoup plus profonde.

Pour finir, comment vois tu le championnat anglais dans 10-20 ans avec les changements qui vont peut être avoir lieu ?

– Dans une situation délicate, au vu de ce qui se produit aujourd’hui on ne sait pas trop où cela va aller. C’est de pire en pire, l’aseptisation dans les tribunes, le fait de renvoyer les supporters des stades car ils chantaient debout. AMFIl y a un mouvement qui est en train de prendre une certaine ampleur, « Against Modern Football », les ultras de Crystal Palace illustrent bien ce mouvement, certains supporters de Liverpool aussi mais cela reste globalement marginal, tant que le club gagne il n’y a pas de grandes manœuvres qui peuvent être effectuées.

Aujourd’hui on a atteint un degré de manipulation exceptionnel, cela me fait un peu peur. J’ai peur pour les jeunes générations qui sont endoctrinées par la Premier League et qu’ils oublient les divisions inférieures. Le prix des places est scandaleux et ce n’est pas prêt de baisser, je ne suis pas un grand fan des nouveaux stades, j’ai peur que le football Anglais perde son âme. Ce n’est pas pour autant valable pour tous les stades qui sortent de terre, certains sont faits en accord avec l’histoire du club. Beaucoup de personnes mal intentionnées veulent investir dans le football Anglais et c’est assez flippant. La bonne nouvelle c’est que de plus en plus de clubs sont détenus par les fans, 31 aujourd’hui, mais ça ne concerne que les milieux semi-professionnels, sauf pour l’AFC Wimbledon, Exeter, Portsmouth et Wycombe qui sont les 4 équipes professionnelles détenues par les fans. Je trouve le mouvement remarquable et il doit perdurer. Malheureusement l’amour du club qu’ont de nombreux supporters fera que même si le club est géré par des imposteurs, ils resteront fidèles et se rendront au stade, ils ont cela dans le sang. Il ne faut pas oublier, les supporters qui sont des clients, ce sont eux qui incarnent l’âme du football Anglais. Il est triste de remarquer comment certains stades sont devenus, comme l’Émirates ou Old Trafford. C’est tout un système qui va devoir se réformer, il faut mettre en avant tout le coté « supportériste ». Avec tout l’argent qu’ils récoltent, ils risquent de surpayer certains transferts, il faudrait agir de façon plus raisonnée, plus intelligente, certains clubs de 4 ou 5ème division disparaissent et il y a des supporters qui sont attachés à ces clubs, il leur faudrait 30000 livres pour se maintenir, aucun club de Premier League ou même la Fédération ne peut venir les aider ?

La solidarité n’est pas le propre du football Anglais, c’est même plutôt l’inverse. Je suis plutôt pessimiste, car le Premier League n’est au final qu’une illusion, une vitrine qui ne représente même pas l’Angleterre. Cela représente aujourd’hui à la limite des marques, sur le maillot de Manchester United, on remarque tout de suite le logo « Chevrolet » ou d’autres firmes américaines et cela me gêne. Le championnat a besoin de noms pour attirer le public, c’est frustrant et cela va être de plus en plus dur pour les petits de survivre, c’est aussi un processus de mondialisation que l’on peut remarquer dans la société. Et le football anglais en est le parfait reflet. Il y a encore quelques bastions dans le football anglais et en Premier League comme Crystal Palace même si le club est très mal géré. D’autres clubs comme Burnley ou Swansea incarnent aussi cette idée de résistance, mais c’est tout et c’est bien trop peu.

Un grand merci à Romain Molina pour sa franchise et sa sincérité. Vous pouvez le retrouver sur Twitter : @Romain_Molina

Adrien Le Noël / @AdrienLeNoel

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s